Coronavirus

La porte de morat est fermée a durée indeterminée en raison du coronavirus

Un peu d'histoire

La Tour-Porte de Morat est un monument architectural historique de la ville de Fribourg. Elle fût construite vers l’an 1410 – 1414 sous la direction de Nicolas Girard.

Au fil des siècles, des modifications et des améliorations ont été entreprises permettant ainsi à cette structure de défense de s’adapter à l’évolution des armes durant la période du moyen-âge. En effet, son emplacement n’est pas un premier choix pour ce qui est de défendre la ville.  Elle suit logiquement le tracé de l’ancien ravin où subsistait déjà le trajet de l’enceinte. Néanmoins, cela nécessita de dresser la plus haute tour-porte de la ville pour qu’un poste d’observation puisse y être créé avec une vue suffisamment dégagée.

Il existe également une autre hypothèse quant à la raison de la construction de cet édifice. Il semblerait qu’il y ait ici une signification symbolique. Comme la tour-maîtresse symboliserait la puissance de l’autorité du Seigneur dans les châteaux forts, la tour-porte symboliserait l’autorité des bourgeois dans la ville état.

 Réf texte : "La porte de Morat : la plus imposante tour-porte de la ville de Fribourg revisitée" par Gilles Bourgarel

 

 

 

En 1988 une équipe du CAS Moléson décide d’unir leurs efforts pour mettre sur pied une salle d’escalade à Fribourg. Grâce à la collaboration de M. Félicien Morel, conseiller d’État à l’époque, la Porte de Morat est retenue pour remplir cette mission.

La Porte de Morat devient la deuxième salle d’escalade de Suisse.

Souvenir ci-dessous de l'inauguration officielle de la Porte de Morat en 1988

 

L'édifice étant protégé, il aura fallu construire un support pouvant accueillir la structure du mur. Comme les prises de couleurs n’existaient pas encore, seul le relief des plaques du mur permettait de grimper et de créer ses propres voies en plus des suggestions. Chaque été, l'architecture de la structure était repensée pour permettre l'ouverture de nouvelles voies.

Merci à Bernard Castella, Carlo Martignoni, Félicien Morel, Roger Macherel, Francis Guillaume, André Henzen et Luc-Henry Clément ainsi qu'à toutes celles et ceux qui ont permis la réalisation de ce projet en 1988.